Financement

En 2015 - 2016

Rapport d’action « Partage et Espoir »

Ouagadougou 5 au 25 février 2015

 

Après un fonctionnement de 7 ans avec des activités qui ont pu se pérenniser et d’autres qui n’ont pas pu se poursuivre, il est apparu nécessaire de faire une pause, prendre le temps de la réflexion pour réorienter les actions de l’association.

Ainsi au vu du nombre important d’actions menées par des ONG de complémentarités à trouver, l’association « Partage et Espoir » a organisé du 5 au 25 Février 2015 une étude de besoins pour mener des actions sur Ouagadougou. La taille et les finances de l’association ne permettant pas un suivi plus que bi annuel crée sur cette ville un partenariat s’est avéré plus pertinent.

En effet qui de mieux placé que la population, les associations locales pour être partenaire sur le terrain avec les populations en péril ?

Qui de mieux placé que les Burkinabés pour établir des relations respectueuses des pré-requis liés à la culture, aux traditions des différents groupes éthiques ?

Des procédures administratives et financières ?

Ainsi des contacts ont été pris afin de rencontrer des associations non gouvernementales Burkinabés qui ont pour objectif l’aide à l’enfance en péril soit :

  • Par l’intermédiaire des mères de MUFASO
  • Par une prise en charge directe de l’enfant « Kamzaka »

 

I.

Nous avons à plusieurs reprises rencontré l’association MUFASO dont le projet associatif est élaboré et dont la construction du bureau  est réalisée avec une soixantaine d’adhérentes potentielles.

Cette association initiée par une Burkinabé, ayant été employée par une ONG dont la mission s’achève, appuie ses objectifs sur la nécessité de grouper des actions mutualisés de femmes outre pour créer voire développer leur autonomie que pour permettre ainsi de construire de meilleures conditions à l’éducation des enfants qu’à la vie à la maison.

Des activités s’appuyant sur les compétences des femmes seront mises en place et d’autres activités viseront à asseoir leur autonomie.

Des activités génératrices d’autofinancement sont programmées :

  • Fabrication de sirop de Sorgho rouge et blanc.
  • Création d’une blanchisserie où le linge collecté sera lavé et repassé per les femmes.
  • Des micro-aides financières seront allouées pour permettre aux femmes de créer des petits commerces.
  • Un restaurant/maquis est prévu pour l’usage en direction des adhérents et pour une clientèle.
  •  

A ces activités orientées vers le local vont s’adjoindre par cession d’un terrain faite par l’initiatrice (Suzanne) de l’association (dont il reste à trouver le cadre juridique) s’ajouteront des plantations d’arbres à fruits, à graines… (535.32€)

Ainsi pourront être élaborés :

  • Du savon.
  • Du beurre de Karité dont la distribution peut s’envisager hors Burkina Faso.
  • Le tissage, la création d’une ligne de vêtements a été abordée.

 

Nous avons, en relation avec notre association, noté une grande énergie des femmes à assurer leur devenir, leur place au sein de leur foyer et que le bénéfice de leur travail profite au groupe familial.

 

  • Leurs traditions et leurs habitudes culturelles à appuyer leurs activités sur la solidarité, la mutualisation.
  • Leur vision à long terme pour faire évoluer et reconnaitre une place de la femme plus équitable pour le devenir de la société Burkinabé.
  • Si l’argent reste le moteur de la création des activités, l’association MUFASO sollicite aussi un partenariat technique pour maintenir un travail de réflexion tant pour donner une bonne assise à cette association  que viser à son développement via les villages, les quartiers (52 secteurs) et autres villes du Burkina Faso à terme.
  • A cette dynamique se joint naturellement des activités nécessaires à l’autonomie des femmes :
  • L’alphabétisation qui est assurée à la demande par du personnel proposé (et fournie) par l’état Burkinabé.
  • Formation à la gestion quotidienne et des petits commerces assurée par des membres du bureau ou des adhérents.

 

  • A l’issue de cette rencontre, nous avons proposé pour le 14 février une nouvelle rencontre aux fins de voir si « Partage et Espoir » peut être partenaire de cette association.

     

Les objectifs visés rejoignent ceux de l’association « Partage et Espoir » qui veut développer ses actions en direction des mères seules.

Les aides matérielles et financières respectent l’autonomie et la dignité des personnes qui gagnent de l’argent, remboursent les aides pour qu’elles profitent à d’autres et visent à développer leur autonomie.

 

  • Ce partenariat est à créer le cas échéant « Partage et espoir » participant au CA de MUFASO, y ayant une place formalisée. Si des aides financières sont octroyées, elles seront nécessairement assorties en contrepartie d’un contact régulier, par tous les moyens (internet, courrier, téléphone…)

II.

Les grandes décisions seront prises en concertation entre les deux associations.

Chaque association reste toutefois en interne responsable de ses dépenses, ses engagements (cf. convention établie entre ces associations).

Au fil de nos rencontres, 3 au total avec le groupe de femmes, 6 avec la créatrice de l’association se sont affinés des axes de travail en partenariat entre les deux associations :

  • Aide à la finalisation des statuts et règlement intérieur de MUFASO.
  • Initiation à la gestion associative de la trésorerie.
  • Visite de locaux probables pour MUFASO avec la possibilité d’un accueil pour les membres de « Partage et Espoir » lors de leurs venues (1 chambre ?).
  • Création d’un contrat de partenariat.
  • Budget prévisionnel que l’association « Partage et Espoir » pourrait allouer sous forme d’ APDA (aide personnalisée au démarrage d’activités) aux femmes créant leur activité (voir liste en annexe). (1681.73 €)
  • Aide aux premiers loyers et charges pour démarrer le fonctionnement de l’association. (608 €)

     

***

 

La rencontre avec MUFASO permet à « Partage et Espoir » de mener des actions qui seront pérennisées par MUFASO puisque partant de l’initiative de ces dernières. De plus, par la spécificité d’actions menées par les femmes des besoins peuvent apparaitre concernant les Jeunes Mères célibataires pour lesquelles des actions dans l’avenir pourraient s’envisager.

Cependant l’ensemble des projets ne pourront advenir qu’à l’officialisation de MUFASO qui doit déposer ses statuts à l’administration Burkinabé et qu’à la création de lien à créer entre « Partage et Espoir » pour que vive un réel partenariat…

A suivre !

 

En 2012- 2013

-          L’électrification du dispensaire, de la maternité et du dépôt pharmaceutique ont eu lieu, un compteur électrique a été posé et fonctionne.

Suite à l’électrification de l’école de BOUGOUNAM « A », les panneaux solaires ont été transférés et posés sur l'école de Bougounam "zangolga".

-          Le changement des batteries a été nécessaire afin de faire les fonctionner car les batteries étaient hors d’usage.

-       L'aide à l'initiative privée et personnelle a été un franc succès et a  permis de lancer des activités génératrices de revenus telles que le petit commerce de condiments (tout ce qui sert à la cuisine...légumes...etc), la préparation du dolo (sorte de bière à bases de mil), celle du soumbala (condiment fait à partir du fruit d'un arbre appelé le Néré) et même l’embouche bovine pour certaines, approximativement une trentaine.

-          Pour BOUGOUNAM « A »:

Depuis 2010, dans la logique de l’éradication de la pauvreté au niveau des femmes, l’Association a octroyé 200 000 FCFA (305 €) soit un crédit moyen de 10 000 FCFA (15 €) par femme. Cette contribution financière a pu aider au départ 20 femmes de BOUGOUNAM « A », jusqu’à ce jour 120 en ont bénéficié. En 2013, une augmentation de l’aide a été demandée par le groupement pour 20 femmes, nous avons décidé d’octroyer la somme de 15 000 FCFA  à chacune d’elle remboursable sur une année.

-           Pour BOUGOUNAM ZANKOLGA:

La même aide a été accordé à Zankolga. 

-           Reboisement de la cour des écoles de Bougounam "A" et de "Zangolga", 400 arbres achetés.

 

FINANCEMENT 2013
Electrification 600,00 €
Achat batterie 512,00 €
Aide au developpement    455,00 €
Zankolga
Aide au developpement  150,00 €
Bougounam A
Reboisement 500,00 €
    2 217,00€
   

En 2011

-          Octroi d’une «  Aide aux développements » au Groupement fémininDans la logique de l’éradication de la pauvreté, surtout au niveau des femmes, l’Association a octroyé une aide aux quelques femmes du groupement féminin de Bougounam. 

-             Elevage : achat de moutons

Le Zondoma se présente plus vulnérable en terme de sécurité alimentaire. C’est dans ce contexte que l’Association, a voulu œuvré à améliorer durablement la sécurité alimentaire au niveau communautaire et au niveau des ménages.

Afin d’atteindre cet objectif au niveau des ménages qui consiste à accroître la capacité des communautés locales, de façon à ce qu’elles prennent en charge la résolution du problème de sécurité alimentaire et améliorer de la situation nutritionnelle des ménages, en particulier au niveau des femmes et des enfants.

Pour cette raison, l’Association a appuyé le groupement des femmes par l’octroi de 13 moutons.

-              Construction d'une clôture autour de l'école de BOUGOUNAM A car le manque de clôture exposait le domaine scolaire aux animaux et aux passants perturbant ainsi les cours.

 

FINANCEMENT 2011
Achat moutons 305,00 €
Aide au dévelopement 305,00 €
Construction Cloture ecole 740,00 €
      1350,00€

En 2010

            AU NIVEAU DE L’ECOLE A DE BOUGOUNAM

-  Réparation de la toiture 

Comme précédemment dit, l’école a subi de nombreux dommages au nombre desquels il faut ajouter la toiture. En effet, la toiture était dégradée à telle enseigne que les eaux de pluies pénétraient dans les classes. Pour mettre fin à ce ruissellement non enviable, l’Association a appuyé les parents d’élèves pour un ouvrage d’étanchéité. 

- Peinture des 3 classes

Grâce aux 6 pots de peinture fournis par l’association, il a pu être mis en œuvre une réfection intérieure de trois salles de classe de l’école, dont les murs ont été repeints à neuf. Cette opération a donné lieu à une sensibilisation des parents d’élèves (regroupés au sein d’une APE, Assemblée des parents d’élèves) qui ont pris en charge financièrement le coût de la main d’œuvre.

 -            AU NIVEAU DE L’ECOLE DE « ZANKOLGA » DE BOUGOUNAM

 Pose d’une toiture 

L’école de ce grand quartier a été construite en moitié et laissée telle depuis plusieurs années si bien que les travaux déjà réalisés se dégradaient au fil des années. Les enseignants dispensaient les cours dans cette situation incommode et les élèves éprouvaient d’énormes difficultés à travailler pendant la saison pluvieuse et la période de froid. L’Association Partage et Espoir a financé la pose d’une toiture en tôle bac. De même que précédemment, les parents d’élèves ont participé aux dépenses relatives à la main d’œuvre, par un don de 50 000 FCFA (76.22 €). Aujourd’hui, enseignants et élèves travaillent en toute quiétude dans ces locaux. 

 -             ACQUISITION D’UN MOULIN A GRAINS 

La réalisation de ce projet a d’abord commencé par la construction d’une maison, puis par l’achat d’un moulin à grain installé dans la maison. Il a fallu ensuite former les femmes à l’utilisation du moulin. Enfin un comité de gestion a été mis en place pour s’occuper de la gestion et de l’entretien du moulin,  tous ceux qui demandent les services du moulin (écraser les céréales) doivent payer une modique somme afin que le comité de gestion puisse assurer le carburant pour le fonctionnement et faire face aux éventuels frais de réparation ou de révision. Une difficulté a surgi suite à la réalisation de ce projet : le moulin est tombé en panne, les frais de réparations ayant soit disant été plus élevés que prévu.

L’analphabétisme des femmes  n’a pas facilité surement leur formation faite sur la marche à suivre sur le bon fonctionnement et l’entretien quotidien du moulin.

Un projet d’alphabétisation et un recyclage en gestion de moulin sera nécessaire pour les années à venir.

Le  moulin à grains devrait être une économie de temps pour les femmes du village qui  souvent doivent parcourir plusieurs kilomètres pour moudre le grain ou l’écraser manuellement pour la préparation des repas, c’est une activité traditionnellement dévolue aux femmes et aux filles. Elles passent plusieurs heures par jour pour obtenir de la farine en pilant les céréales dans un mortier. Ce travail est très contraignant et fait perdre beaucoup de temps, grâce à ce gain de temps, les femmes peuvent se consacrer aux activités génératrices de revenus. Les filles peuvent aussi se consacrer davantage à leurs études, leurs parents n’ayant plus besoin de leur aide pour écraser les céréales.

-              ELECTRIFICATION DES 5 SALLES DE CLASSE ET DES LOGEMENTS DES INSTITUTEURS 

Comme il est dit déjà plus haut, la plupart des écoles rurales du Burkina Faso ne sont pas électrifiées. Cette situation ne permet pas aux élèves de profiter au maximum du temps consacré aux études individuelles, par groupes ou aux recherches et cultures personnelles surtout en période d’examen, même les élèves du CEG viennent étudier. De plus 80% des adultes sont analphabètes et auraient besoin de cours du soir. D'où l'importance de ce projet.

Suite à la pose de la ligne électrique, une somme de 405 € a été demandée par la Sonabel (EDF) pour la mise en fonctionnalité du réseau électrique vers les bâtiments, les villageois, ne pouvant s'acquitter de cette somme, l'association a décidé de prendre en charge le raccordement de 5 classes et les logements des instituteurs.

Après l'étude du dossier, nous n'avons pas accepté les KWs demandés par la Sonabel, tarif bien trop élevé pour le peu de puissance utilisée ainsi que pour le prix demandé car par la suite les villageois n'auraient pas pu assumer les frais qui en découleraient.

Le dossier a été repris et réétudié pour être adapté à leurs besoins.

Le 22 décembre 2010, la Sonabel (EDF) accepta et une remise de 40% sur le prix de départ nous a été allouée. Ce qui nous a permis, en plus, d'investir dans l'installation électrique intérieure des 5 classes et des logements de fonction des instituteurs.

 

FINANCEMENT 2010
Electrification Bougounam A 130,00€
293,00 €
Etanchéité Bougounam A 75,00 €
Travaux toiture Bougounam Zankolga 1 332,00 €
Branchement electrique 405,00 €
Achat Moulin à grain  1564,00€
     3799,00€

En 2009

A.       AU NIVEAU DE L’ECOLE « A » DE BOUGOUNAM

 

A.1. Rénovation extérieure 395€

Depuis sa construction et ce jusqu’à nos jours, l’école de Bougounam « A » a subi pas mal de dégradations liées aux intempéries climatiques. Il était alors temps d’y poser quelques actes tendant à redonner un visage nouveau à l’extérieur du bâtiment. L’activité a consisté à rénover certains murs, et à les renforcer en les crépissant. Un badigeonnage a été également réalisé sur les murs pour donner un aspect homogène à l’ensemble de l’infrastructure.  

 

A.2. Eclairage 1130€

La plupart des écoles rurales du Burkina Faso ne sont pas électrifiées. Cette situation ne permet pas aux élèves de profiter au maximum du temps consacré aux études individuelles, par groupes ou aux recherches et cultures personnelles. La nuit venue, l’élève est obligé de rester chez lui : non seulement, le lieu n’est pas favorable aux activités intellectuelles mais de plus, il est dépourvu de lumière adéquate pour les études. L’association « Partage et Espoir » a donc jugé très utile d’acheter des panneaux solaires et accessoires pour l’éclairage des 3 salles de classes.

Outre les panneaux solaires, un groupe électrogène a été acheté 78 € pour prévenir d’éventuels délestages. Bien qu’en Afrique, le soleil soit la chose la mieux partagée, certains jours, celui-ci ne diffuse pas ses rayons lumineux qui permettent le fonctionnement des batteries solaires. Et pour éviter la discontinuité de l’éclairage à certains moments de l’année, le groupe électrogène vient en complément aux plaques solaires.

L’objectif de cette activité est de permettre aux élèves de revenir à l’école après le repas du soir pour y effectuer des exercices, soit individuellement, soit  par groupes.

 

A.3. Envoi d’un container de France 1150€  + frais d'acheminement 70€

Fournitures scolaires, matériels médical, layettes, 6 pots de peintures et un groupe électrogène.

Un appui en fournitures de culture générale a été apporté à l’école. Ainsi, de nombreux ouvrages ont été collectés en France et envoyés à l’école de Bougounam A.

 

A.4. Achat et livraison de petit matériel 105€

Par ailleurs, le groupement des femmes chargées du nettoyage de la cour de l’école avait exprimé un certain nombre de besoins concernant leurs conditions de travail. Il a donc été décidé de les soutenir par l’apport de petit matériel.

L’appui a consisté à la dotation de 2 brouettes, de 10 seaux, de 10 pelles, de 10 râteaux, des balayettes  et des masques de protection.

 

B.       AU NIVEAU DU DISPENSAIRE ET DE LA MATERNITE DE BOUGOUNAM

 

B.1. Appui aux nouveau-nés

Jusqu’à nos jours, il n’est pas aisé pour certaines parturientes de se prémunir des habits de premières nécessités pour leurs nouveau-nés. Une situation qui a été constatée au dispensaire de Bougounam. Pour minimiser un tant soit peu cet état de fait, l’Association a organisé des collectes de vêtements et de layettes en France. L’activité a rapporté environ 300 vêtements et layettes confondus. Les mamans nécessiteuses ont été identifiées par le dispensaire et a procédé au partage. Au total, une centaine d’enfants ont bénéficié de cet appui.

 

B.2. Réfection maternité Bougounam A 435€

 

B.3. Achat table à langer 118€

 

B.4. Matériel 300€

 Le dispensaire de Bougounam est particulièrement pauvre en médicaments et matériel chirurgical et de première urgence. L’association a donc eu à effectuer un don de fournitures médicales (gants jetables, kits chirurgicaux jetables, seringues, désinfectants, matériel de perfusion…), le tout d’une valeur approximative de 200 000 F CFA (300 €).

 C.      MISE EN FONCTION FORAGE POSITIF 305€

 

FINANCEMENT 2009
Réfection Ecole Bougounam A  395,00€ €
Achat 1er panneau solaire 520,00 €
Achat Groupe Electrogene 78,00 €
Achat 2ème panneau solaire 610,00 €
Achat table a langer pour maternité 118,00 €
Envoi Container  1150,00€
Frais acheminement container  70,00 €
Achat petit matériel (pelles seaux …)  105,00 €
Réfection maternité Bougounam A  435,00 €
Mise en fonction du forage positif  Zankolga 305,00 €
     3786,00€
   

En 2008

Création de l'Association

×