Association « Partage et Espoir

« Le plus important pour moi, ce n’est pas la grandeur de l’œuvre mais le cœur qui accompagne la main qui aide »

En  2018

  • Projet LOUMBILA :

Pendant notre séjour en janvier 2018 au Burkina Faso, visite à Loumbila, un lieu d’accueil tenu par Ghislaine et Zérémie ou  « les enfants des rues » des jeunes à partir de 13 ans sont accueillis la journée,  un repas est assuré à tous ces jeunes livrés à eux même qui errent et n’ont plus d’avenir.

Selon le cas et selon leur vouloir, les jeunes sont placés à l’ANPE de Ziniaré (centre de formation (électricité…couture…plomberie…) pour leur réinsertion dans la société) 15 jeunes à ce jour ont pu bénéficier du soutien et de l’aide d’urgence.

Ce lieu d’accueil que Ghislaine et Zérémie mettent à la disposition de ces jeunes n’est soutenu par personne que par la retraite de Ghislaine. Sur place nous avons pu le constater, aussi un investissement de notre part nous parait donc très justifiable pour créer un « véritable » centre.

Dans un premier temps, achat d’un terrain à Loumbila… construction pour hébergement…Forage…Tout cela va se mettre en place petit à petit, si la mise en place met du temps, pour que la régularisation des papiers soit conforme afin d’éviter dans un futur toute expropriation.

En octobre/novembre, nous ferons le point lors d’une réunion du conseil d’administration et nous verrons son avancée … en fonction nous apporterons une aide pour soutenir une dizaine de jeunes dans leurs  mises en formations  à l’ANPE de Ziniaré.

Sachant que le coût pour 1 jeune pour une année scolaire de Novembre à Mai est de :

25000fcfa  (38€) + 20000fcfa les 2 tenues (30€) + 3000fcfa pour l’APE (4,50€) = 48000 (72,50€)

Notre proposition pour la rentrée 2018/2019  prendre en charge une dizaine de jeunes

72€50 x 10 jeunes =725€ par année

Sachant que chaque formation dure 2 ans par jeunes

Le projet sera suivi sur place par nos représentants burkinabé Emmanuel et Théo et par les membres de l’association lors de ses déplacements au Burkina…

  • Projet BISSIGA

Demande d’aide pour l’achat de banc pupitre, en attente de savoir combien d’enfants par classe, sachant que la municipalité de Bissiga nous demande 53€39 prix d’un banc pupitre pour 2 ou 3 enfants …vérification des prix et voir sur place le projet avant de nous engager…

 En 2017

  • Projet Ecole de DEDOUGOU 

 Fin décembre 2017 FINANCEMENT (de 1269.13€) de matériels et meubles pour l’école. Bibliothèque, étagères, bureaux et chaises pour les enseignants et les enfants, jeux extérieur pour les enfants…(tourniquet, balançoire..

En 2015- 2016

.Partenariat avec MUFASO

  • Texte à formaliser à réception des statuts de l’association.
  • Aide avec premiers loyers et charges des bureaux et locaux. (608€)
  • Aides Personnalisées au Démarrage d’Activités (APDA). (1681,73€)
  • Mise en place d’ateliers Lessive –Ménage. (535,32€)

APDA (Micro-Crédit)

Activité

Nom

Montant €uros

Montant FCFA

Jujube

DICKO AMINATA

190,00 €

125 000

Poupée Déco

BAYALA BIENVENU NADEGE

75,87 €

50 000

Vente Beignets Haricots

OUEDRAOUGO AMINATA

141,50 €

93 250

Poulets et Grillades

KANGNAMA LOUISE

203,33 €

134 000

Savon + Tapettes + Charrettes

NIKIEMA DELPHINE

157,00 €

103 500

26,57 €

17 500

Karité

KANGNAMA SUZANNE

174,50 €

115 000

NAMA SANDRINE

174,50 €

115 000

Néré et Amande Karité

BENEDICTE KANTIONA

150,00 €

99 500

Poulets Grillades

ODETTE BADO

182,09 €

120 000

Produits, production et vente donkounou

KERE ANIMATA

130,50 €

86 000

Restauration riz cuit

SALAMATOU NADIE

75,87 €

50 000

1681,73€

987 750

 Ateliers

Activité

Nbr de personnes

Montant €uros

Montant FCFA

Lessive

3

316,96 €

208 903

Ménage

3

165,00 €

108 232

Loyer kalpala

50 000 x 8

608,00 €

400 000

 6 mois de loyer et 2 mois de caution

1 089,96 €

717 135

Prix par atelier

1/2 personne à mi temps : coordinatrice

17 500

17 500

35 000

53,36 €

1681,73 + 1089,96 +53,36 =2825,05

FINANCEMENT  TOTAL 2016 = 2825,05€ (=1 739 885fcfa)

 

En 2012- 2013

-          L’électrification du dispensaire, de la maternité et du dépôt pharmaceutique ont eu lieu, un compteur électrique a été posé et fonctionne.

Suite à l’électrification de l’école de BOUGOUNAM « A », les panneaux solaires ont été transférés et posés sur l'école de Bougounam "zangolga".

-          Le changement des batteries a été nécessaire, batteries étaient hors d’usage.

-       L'aide à l'initiative privée et personnelle a été un franc succès et a  permis de lancer des activités génératrices de revenus telles que le petit commerce de condiments (tout ce qui sert à la cuisine...légumes...etc.), la préparation du dolo (sorte de bière à bases de mil), celle du soumbala (condiment fait à partir du fruit d'un arbre appelé le Néré) et même l’embouche bovine pour certaines, approximativement une trentaine.

  • Pour BOUGOUNAM « A »:

Depuis 2010, dans la logique de l’éradication de la pauvreté au niveau des femmes, l’Association a octroyé 200 000 FCFA (305 €) soit un crédit moyen de 10 000 FCFA (15 €) par femme. Cette contribution financière a pu aider au départ 20 femmes de BOUGOUNAM « A », jusqu’à ce jour 120 en ont bénéficié. En 2013, une augmentation de l’aide a été demandée par le groupement pour 20 femmes, nous avons décidé d’octroyer la somme de 15 000 FCFA  à chacune d’elle remboursable sur une année.

  • Pour BOUGOUNAM ZANKOLGA:

La même aide a été accordée à Zankolga. 

-           Reboisement de la cour des écoles de Bougounam "A" et de "Zangolga", 400 arbres achetés.

FINANCEMENT 2013

Electrification

600,00 €

Achat batterie

512,00 €

Aide au développement 

455,00 €

Zankolga

Aide au développement 

150,00 €

Bougounam A

Reboisement

500,00 €

2 217,00 €

 

En 2011

-      Octroi d’une «  Aide aux développements » au Groupement fémininDans la logique de l’éradication de la pauvreté, surtout au niveau des femmes, l’Association a octroyé une aide aux quelques femmes du groupement féminin de Bougounam. 

-             Elevage : achat de moutons

Le Zondoma se présente plus vulnérable en terme de sécurité alimentaire. C’est dans ce contexte que l’Association, a voulu œuvré à améliorer durablement la sécurité alimentaire au niveau communautaire et au niveau des ménages.

Afin d’atteindre cet objectif au niveau des ménages qui consiste à accroître la capacité des communautés locales, de façon à ce qu’elles prennent en charge la résolution du problème de sécurité alimentaire et améliorer de la situation nutritionnelle des ménages, en particulier au niveau des femmes et des enfants.

Pour cette raison, l’Association a appuyé le groupement des femmes par l’octroi de 13 moutons.

-              Construction d'une clôture autour de l'école de BOUGOUNAM A car le manque de clôture exposait le domaine scolaire aux animaux et aux passants perturbant ainsi les cours.

FINANCEMENT 2011

Achat moutons

305,00 €

Aide au développement

305,00 €

Construction Clôture école

740,00 €

    

1 350,00 €

En 2010

 .AU NIVEAU DE L’ECOLE A DE BOUGOUNAM

-Réparation de la toiture 

Comme précédemment dit, l’école a subi de nombreux dommages au nombre desquels il faut ajouter la toiture. En effet, la toiture était dégradée à telle enseigne que les eaux de pluies pénétraient dans les classes. Pour mettre fin à ce ruissellement non enviable, l’Association a appuyé les parents d’élèves pour un ouvrage d’étanchéité. 

- Peinture des 3 classes

Grâce aux 6 pots de peinture fournis par l’association, il a pu être mis en œuvre une réfection intérieure de trois salles de classe de l’école, dont les murs ont été repeints à neuf. Cette opération a donné lieu à une sensibilisation des parents d’élèves (regroupés au sein d’une APE, Assemblée des parents d’élèves) qui ont pris en charge financièrement le coût de la main d’œuvre.

AU NIVEAU DE L’ECOLE PAILLOTTE DE « ZANKOLGA » DE BOUGOUNAM

-Pose d’une toiture 

L’école de ce grand quartier a été construite en moitié et laissée telle depuis plusieurs années si bien que les travaux déjà réalisés se dégradaient au fil des années. Les enseignants dispensaient les cours dans cette situation incommode et les élèves éprouvaient d’énormes difficultés à travailler pendant la saison pluvieuse et la période de froid. L’Association Partage et Espoir a financé la pose d’une toiture en tôle bac. De même que précédemment, les parents d’élèves ont participé aux dépenses relatives à la main d’œuvre, par un don de 50 000 FCFA (76.22 €). Aujourd’hui, enseignants et élèves travaillent en toute quiétude dans ces locaux. 

 

 -ACQUISITION D’UN MOULIN A GRAINS 

La réalisation de ce projet a d’abord commencé par la construction d’une maison, puis par l’achat d’un moulin à grain installé dans la maison. Il a fallu ensuite former les femmes à l’utilisation du moulin. Enfin un comité de gestion a été mis en place pour s’occuper de la gestion et de l’entretien du moulin,  tous ceux qui demandent les services du moulin (écraser les céréales) doivent payer une modique somme afin que le comité de gestion puisse assurer le carburant pour le fonctionnement et faire face aux éventuels frais de réparation ou de révision. Une difficulté a surgi suite à la réalisation de ce projet : le moulin est tombé en panne, les frais de réparations ayant soit disant été plus élevés que prévu.

L’analphabétisme des femmes  n’a pas facilité surement leur formation faite sur la marche à suivre sur le bon fonctionnement et l’entretien quotidien du moulin.

Un projet d’alphabétisation et un recyclage en gestion de moulin sera nécessaire pour les années à venir.

Le  moulin à grains devrait être une économie de temps pour les femmes du village qui  souvent doivent parcourir plusieurs kilomètres pour moudre le grain ou l’écraser manuellement pour la préparation des repas, c’est une activité traditionnellement dévolue aux femmes et aux filles. Elles passent plusieurs heures par jour pour obtenir de la farine en pilant les céréales dans un mortier. Ce travail est très contraignant et fait perdre beaucoup de temps, grâce à ce gain de temps, les femmes peuvent se consacrer aux activités génératrices de revenus. Les filles peuvent aussi se consacrer davantage à leurs études, leurs parents n’ayant plus besoin de leur aide pour écraser les céréales.

  ELECTRIFICATION DES 5 SALLES DE CLASSE ET DES LOGEMENTS DES INSTITUTEURS 

Comme il est dit déjà plus haut, la plupart des écoles rurales du Burkina Faso ne sont pas électrifiées. Cette situation ne permet pas aux élèves de profiter au maximum du temps consacré aux études individuelles, par groupes ou aux recherches et cultures personnelles surtout en période d’examen, même les élèves du CEG viennent étudier. De plus 80% des adultes sont analphabètes et auraient besoin de cours du soir. D'où l'importance de ce projet.

Suite à la pose de la ligne électrique, une somme de 405 € a été demandée par la Sonabel (EDF) pour la mise en fonctionnalité du réseau électrique vers les bâtiments, les villageois, ne pouvant s'acquitter de cette somme, l'association a décidé de prendre en charge le raccordement de 5 classes et les logements des instituteurs.

Après l'étude du dossier, nous n'avons pas accepté les KWs demandés par la Sonabel, tarif bien trop élevé pour le peu de puissance utilisée ainsi que pour le prix demandé car par la suite les villageois n'auraient pas pu assumer les frais qui en découleraient.

Le dossier a été repris et réétudié pour être adapté à leurs besoins.

Le 22 décembre 2010, la Sonabel (EDF) accepta et une remise de 40% sur le prix de départ nous a été allouée. Ce qui nous a permis, en plus, d'investir dans l'installation électrique intérieure des 5 classes et des logements de fonction des instituteurs.

FINANCEMENT 2010

Electrification Bougounam A

130,00 €

293,00 €

Etanchéité Bougounam A

75,00 €

Travaux toiture Bougounam Zankolga

1 332,00 €

Branchement électrique

405,00 €

Achat Moulin à grain

1 564,00 €

3 799,00 €

En 2009

  A.  AU NIVEAU DE L’ECOLE « A » DE BOUGOUNAM

 A.1. Rénovation extérieure 395€

Depuis sa construction et ce jusqu’à nos jours, l’école de Bougounam « A » a subi pas mal de dégradations liées aux intempéries climatiques. Il était alors temps d’y poser quelques actes tendant à redonner un visage nouveau à l’extérieur du bâtiment. L’activité a consisté à rénover certains murs, et à les renforcer en les crépissant. Un badigeonnage a été également réalisé sur les murs pour donner un aspect homogène à l’ensemble de l’infrastructure.  

A.2. Eclairage 1130€

La plupart des écoles rurales du Burkina Faso ne sont pas électrifiées. Cette situation ne permet pas aux élèves de profiter au maximum du temps consacré aux études individuelles, par groupes ou aux recherches et cultures personnelles. La nuit venue, l’élève est obligé de rester chez lui : non seulement, le lieu n’est pas favorable aux activités intellectuelles mais de plus, il est dépourvu de lumière adéquate pour les études. L’association « Partage et Espoir » a donc jugé très utile d’acheter des panneaux solaires et accessoires pour l’éclairage des 3 salles de classes.

Outre les panneaux solaires, un groupe électrogène a été acheté 78 € pour prévenir d’éventuels délestages. Bien qu’en Afrique, le soleil soit la chose la mieux partagée, certains jours, celui-ci ne diffuse pas ses rayons lumineux qui permettent le fonctionnement des batteries solaires. Et pour éviter la discontinuité de l’éclairage à certains moments de l’année, le groupe électrogène vient en complément aux plaques solaires.

L’objectif de cette activité est de permettre aux élèves de revenir à l’école après le repas du soir pour y effectuer des exercices, soit individuellement, soit  par groupes.

 

A.3. Envoi d’un container de France 1150€  + frais d'acheminement 70€

Fournitures scolaires, matériels médical, layettes, 6 pots de peintures et un groupe électrogène.

Un appui en fournitures de culture générale a été apporté à l’école. Ainsi, de nombreux ouvrages ont été collectés en France et envoyés à l’école de Bougounam A

 

A.4. Achat et livraison de petit matériel 105€

Par ailleurs, le groupement des femmes chargées du nettoyage de la cour de l’école avait exprimé un certain nombre de besoins concernant leurs conditions de travail. Il a donc été décidé de les soutenir par l’apport de petit matériel.

L’appui a consisté à la dotation de 2 brouettes, de 10 seaux, de 10 pelles, de 10 râteaux, des balayettes  et des masques de protection.

B.  AU NIVEAU DU DISPENSAIRE ET DE LA MATERNITE DE BOUGOUNAM

 

B.1. Appui aux nouveau-nés

Jusqu’à nos jours, il n’est pas aisé pour certaines parturientes de se prémunir des habits de premières nécessités pour leurs nouveau-nés. Une situation qui a été constatée au dispensaire de Bougounam. Pour minimiser un tant soit peu cet état de fait, l’Association a organisé des collectes de vêtements et de layettes en France. L’activité a rapporté environ 300 vêtements et layettes confondus. Les mamans nécessiteuses ont été identifiées par le dispensaire et a procédé au partage. Au total, une centaine d’enfants ont bénéficié de cet appui.

 

B.2. Réfection maternité Bougounam A 435€

 

B.3. Achat table à langer 118€

 

B.4. Matériel 300€

 Le dispensaire de Bougounam est particulièrement pauvre en médicaments et matériel chirurgical et de première urgence. L’association a donc eu à effectuer un don de fournitures médicales (gants jetables, kits chirurgicaux jetables, seringues, désinfectants, matériel de perfusion…), le tout d’une valeur approximative de 200 000 F CFA (300 €).

 

C.MISE EN FONCTION d’un FORAGE POSITIF 305€

 

FINANCEMENT 2009

Réfection Ecole Bougounam A 

395,00 €

Achat 1er panneau solaire

520,00 €

Achat Groupe Electrogène

78,00 €

Achat 2ème panneau solaire

610,00 €

Achat table a langer pour maternité

118,00 €

Envoi Container

1 150,00 €

Frais acheminement container 

70,00 €

Achat petit matériel (pelles seaux …) 

105,00 €

Réfection maternité Bougounam A 

435,00 €

Mise en fonction du forage positif Zankolga

305,00 €

3 786,00 €

Remise fournitures scolaires aux enfants  de l’école Bougounam A.

​En 2008 CREATION DE L'ASSOCIATION

 

 

×