PROJET BISSIGA 2019-2020

  1. PRESENTATION DE LA COMMUNE DE BISSIGA
  • Situation géographique :

La Commune de Bissiga, une des treize (13) communes de la Province du Boulgou dans la Région du Centre-Est est située  à  l’extrême  Nord-Est  de la province, à 45 km de Tenkodogo, chef-lieu de province.  Elle est limitée :

- au Nord  par les provinces du  Kourittenga  (Commune de  Gounghin et  Tensobtenga)    et du Gourma  (commune de Diabo)                                            

 - au Sud par la province du  Koulpélogo (Commune  de Lalgaye)                                                                               

- à  l’Ouest par la Commune de Tenkodogo                                                                                         

- à  l’Est  par  les provinces du Gourma (Diabo) et du Koulpélogo  (Comin-Yanga)

B-Données générales

La Commune rurale de Bissiga couvre une superficie de 437 km2, et compte aujourd’hui 23 villages. La population de la commune est de 21228 habitants,  selon le recensement  général  de la population de 2006 repartie dans les 23 villages. La répartition par sexe est la suivante : Hommes : 10 241 ; Femmes : 10 987. Cette population double presque ce chiffre en 2018. Plus de 90% de cette population mènent principalement des activités liées à l’agriculture et l’élevage.

C-Données politiques

            Les élections municipales du 22 mai 2016 ont consacré le parti du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) vainqueur avec 46 conseillers sur 46. Les femmes participent de plus en plus à la vie politique avec 17 postes sur46 conseillers. Ainsi le 20 juin 2016, le conseil municipal a élu Monsieur Lébendaogo YOUGBARE comme Maire de la Commune de Bissiga.

 

  • Données éducatives

            En termes d’infrastructures scolaires, la commune de Bissiga dispose de 19 écoles primaires qui comptent au total 83 classes avec un effectif de 3586 élèves encadrés par 92 enseignants. La répartition par sexe des élèves est comme suit : Garçons 1925 ; Filles 1661. En ce qui concerne le secondaire, la commune dispose d’un lycée départemental et deux (02) Collèges d’Enseignement Général dont un à Bissiga et l’autre à Benna pour un effectif de 995 élèves.

 

 

  • Données sanitaires

            La commune de Bissiga compte trois (03) formations sanitaires que sont : le CSPS de Bissiga, Chef-lieu de la commune, ceux de Godin et de Kankagraboghin pour neuf (09) agents de santé répartis comme suit :

  1. CSPS de Bissiga : 06 agents dont un infirmier d’Etat, un infirmier breveté, deux sages-femmes, et deux AIS.
  2.   CSPS de Godin : 03 agents dont un infirmier d’Etat, une accoucheuse, et un AIS.
  3. CSPS de Kankagraboghin situé à dont l’ouverture est prévue pour bientôt.

Chaque CSPS dispose d’un dépôt pharmaceutique et d’une maternité.

  1. APERÇU DES POTENTIALITES ECONOMIQUES DE LA COLLECTIVITE

 

La fertilité et la disponibilité de terres agricoles et de pâturages font  de  la commune  un point de convergence pour les agriculteurs et éleveurs.

  • Agriculture

L’agriculture demeure l’activité de production la plus importante de la commune. Malgré que la zone soit propice à l’agriculture, la mauvaise pluviométrie constatée n’a pas permis avoir une bonne récolte. Néanmoins certaines variétés comme le sorgho, le maïs, la patate, le riz et le coton ont été approximativement satisfaisante. La production agricole génère les revenus les plus substantiels des paysans.

  • L’élevage

L’élevage est après l’agriculture le secteur le plus important dans la commune en termes de revenus pour les populations et occupe l’ensemble des ménages. Le secteur de l’élevage se caractérise cependant, par le faible développement des infrastructures pastorales. Dans le secteur de l’élevage, l’aviculture occupe une place importante et les perspectives en termes de revenus sont intéressantes. Ainsi au titre de l’année 2017, le projet UICN/PACOF-CC  a doté aux éleveurs de la commune de 134 fenils à la hauteur de 20 100 000 francs CFA dans le but d’éviter la divagation des animaux et préserver  la forêt de Sablogo où il intervient.

  • Foresterie

La commune de Bissiga dispose d’un potentiel ligneux assez important favorisant l’exploitation de ressources comme le bois (karité, néré, le raisin, le tamarin, le kapok, bois de chauffe, bois d’œuvre etc.) et la chasse. L’existence d’une forêt communale estimée à 30 000 ha constitue également une réserve importante pour la commune

  • Artisanat

L’activité artisanale est relativement peu développée dans la commune de Bissiga. Elle n’est pas souvent une spécialisation qui occupe en plein temps ceux qui l’exercent. En dehors du commerce des produits agro-pastoraux, l’activité artisanale constitue une des sources majeures de revenus des populations rurales.

  • Commerce

Cette activité est exercée aussi bien par les Hommes que par les Femmes. Les femmes des 23 villages de la Commune ont accès à des crédits auprès de la Caisse Communautaire Rurale de Bissiga, mise en place par l’ONG Hunger Project Burkina. Les échanges commerciaux se font avec les populations des communes de Tenkodogo, Diabo, Lalgaye, Comin-Yanga et Ouargaye avec lesquelles Bissiga partage les mêmes frontières.

La commune de Bissiga dispose de deux (02) marchés, d’un marché à bétail et cinq (05) yards qui permettent les échanges commerciaux; il s’agit:

  • du grand marché de Bissiga ;
  • du marché de Godin.
  • du marché à bétail de Bissiga qui sert de flux et de reflux avec les marchés à bétail de Fada N’Gourma et Pouytenga et approvisionne les marchés du Ghana et du Togo.
  • les cinq (05) yaards de la commune sont : Gounghin-grand, Poestenga, Benna, Koulbako et Kankaraboguin

 

  1. LES DIFFICULTES DE LA COMMUNE

Le mauvais état de la route départemental RD N°25 reliant Bissiga aux communes de Tenkodogo et de Diabo et surtout l’analphabétisme de plus de 90% de la population constituent un frein dans la mise en œuvre des activités de développement de la Commune. Les recettes propres de la Commune s’amaigrissent, ce qui influence négativement l’économie de la Commune. L’absence du réseau de pistes intérieures aménagées ne permet pas d’accéder aux différents villages, ce qui fait que les échanges intérieurs et extérieurs à la commune à travers le réseau routier de Bissiga demeurent difficiles.

  • Education
  1. Les problèmes centraux.

Les problèmes qui minent l’éducation dans la commune de Bissiga est d’ordre infrastructurel. Les 19 écoles primaires de la commune accueillent 3586 élèves inégalement répartis dans ces écoles. Les écoles qui accueillent les grands effectifs sont celle de Koutiama, Siraboghin et Signonghin.

Au secondaire, la commune ne dispose que deux CEG (Bissiga et Benna) de trois (03) salles de classe avec effectif de 513 élèves.

Au lycée départemental, les  482 élèves sont répartis dans sept (07) salles de classe.

  1. Les conséquences.

Les conséquences sont multiples. On peut citer entre autres :

  1. Effectifs pléthoriques ;
  2. Manque de tables-bancs ;
  3. Mauvaises condition de travail des encadreurs et élèves ;
  4. Abandon de certains élèves
  5. Immigration des jeunes vers les pays de l’Afrique centrale ou vers l’Europe.

 

  1. Les attentes de la commune envers des partenaires au développement.

Il faut souligner que la commune de Bissiga attend beaucoup des partenaires pour relever les défis majeurs. Au niveau de l’éducation la normalisation des écoles primaire de Koutiama, Siraboghin, Signonghin, du lycée départemental de Bissiga, et du CEG de Benna la dotation de tables-bancs de apporteront un ouf de soulagement au sein de secteur prioritaire. Le problème des tables-bancs est prioritaire. Avec les effectifs pléthoriques, les tables-bancs disponibles sont largement insuffisants et le besoin s’estime à plus de trois cent (300) tables-bancs pour toutes les écoles de la communes pour un devis estimatif de : cf tableau ci-dessous :

Désignation

 Quantité

 Montant unitaire (FCFA) en HT

 Montant Total (FCFA) en HT

Tables-bancs

300

35 000

10 500 000

Total

10 500 000

16015€

 

Dans le but d’améliorer les taux de réussite des examens scolaires la commune souhaite l’électrification de quatre (04) écoles primaires avec des plaques solaires dont elle estime les comme suit : 

Désignation

 Quantité

 Montant unitaire (FCFA) en HT

 Montant Total (FCFA) en HT

Electrification d’écoles primaires en énergie solaires

04

2 500 000

10 000 000

Total

10 000 000

15251€

 

Au secondaire, la commune de Bissiga a fait 45 % au BEPC et 100% au BAC en 2017. L’insuffisance des infrastructures à ce niveau risque d’apporter un coup aux résultats des années avenir. Les trois établissements que la commune dispose avec peu de salles de classe sont largement insuffisants. La construction de nouvelles salles  est plus qu’importante.

 

  • SANTE

Au niveau sanitaire, la  commune de Bissiga accuse un retard comparativement aux autres communes de la province.

  1. Les problèmes centraux.

Les 23 villages de la commune ne disposent que de deux CSPS fonctionnels : celui de Bissiga, Chef-lieu de la commune et celui de Godin. Le côté Est de la commune qui regroupe 11 villages ne dispose d’aucun centre sanitaire. Pire, la commune ne dispose d’aucun moyen (ambulance) d’évacuation des malades vers les CSPS et vers le Chef-lieu de la province engendrant d’énormes conséquences.

  1. Les conséquences

L’insuffisance des infrastructures est l’un des difficultés majeures de la commune. Avec des voies intérieures en très mauvais état, la population parcourt de longue distance avec des moyens de transport non adaptés (vélo  moto) pour se soigner ou pour les accouchements de femmes. Ces longues distances entrainent le plus souvent des accouchements en cours de route, des décès infantiles et maternels.

Aussi l’éloignement des centres de santé entraine le recours des médicaments de rues par la population.

  1. Les attentes de la commune

La dotation d’un Centre de Santé et de Promotion Sociale au bloc Est de la commune. L’éloignement de centre de santé est la priorité de la commune. Aussi, la commune ne dispose pas d’ambulance pour les évacuations des malades. La seule ambulance mis à la disposition des CSPS de la commune doit desservir deux (02) autres communes que sont Bané, Bagré. En plus de cela le CSPS de Godin a besoin d’être électrifié avec des plaques solaires. Le cout estimatif est d’environ 2 500 000 Francs Cfa TTC.( 3812€)

Au vu des conséquences ci-dessus citées, avoir une ambulance permanente à la disposition de la commune serait un soulagement.

  • AGRICULTURE
  1. Les problèmes centraux

Malgré la fertilité des sols, le manque de retenus d’eau (barrages) est un handicap pour le développement de ce secteur.

  1. Les conséquences

Le Burkina comme  la plupart des pays de l’Afrique Occidentale est menacé par la mauvaise répartition de pluies au cours de la saison. La commune n’est pas une exception. Mais certaines les communes disposent de l’eau en dehors de la saison hivernale. Ce qui permet d’occuper les jeunes et par conséquent lutter contre le chômage, la migration, l’exode rural, le grand banditisme et avoir l’ambition d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.

  1. Les attentes de la commune

Les attentes de la commune sont énormes :

  1. La construction d’un barrage communal ;
  2. L’aménagement de bafonds au profit des jeunes ;
  3. L’accompagnement des jeunes avec du matériels, des engrais et de partenaires pour l’écoulement des produits issu de leur production.

 

CONCLUSION

La commune dispose d’énormes potentialités pouvant booster son développement. Mais le manque de moyens techniques, matériels et financiers handicapent sérieusement l’exploitation de ces potentialités. Des partenaires au développement comme les ONG BØRNE fonden, Hunger Project Burkina,  les Associations Song-taaba, ACEA, le PNGTII3, le PACT et FPDCT accompagnement la commune. Malgré leurs efforts, les défis restent énormes et la commune compte sur la bonne volonté des partenaires au développement tel l’Association partage et espoir pour lui apporter un souffle nouveau.

 

                                                                                                Bissiga, le 14 février 2018

 

                                                                                          Le Maire,

 

                                    Lébendaogo YOUGBARE

                                       Instituteur Certifié

Ajouter un commentaire

 
×